02/03/2006

La drague Liégeoise

La drague Liégeoise


Sans avoir l'air Chênée, cette Boncelle me dit :
Evegnée donc, Bomal.
Aussi Liège connaissance, tel un sultan je l'emmenai dans mon Waremme Bien que très Haccourt d'argent, je lui demandai :
"Aubel, Comblain veux-tu?" Elle me répondit: "mon Geer, je ne suis pas à Wandre mais à Maryhaye." Elle avait Bellaire, une chemise Battice, un Longdoz et de Loncin. Alors comme nous n'étions que Theux et que je ne suis pas un Saint-Nicolas, je lui demandai si elle disait Huy.
"Nonceveux pas", me dit-elle d'abord,puis se Remouchamps, elle déclara " Hockay " . Bref, nous nous Fléron, Jemeppe le Glons et nous Barchon sans que Cheratte le but.
Elle soupirait: " Re-Fexhe le moi, mon chéri! " .
Ce qui me fit dire: "Tu me prends pour une cascade, espèce de Coo? "
Cela m'en Herve tellement que je lui fit cambrer Seraing et que je me mis alors à Visé le petit Trooz de son Hannut.
Elle lacha une Vesdre qui ne sentait pas l'eau de Hollogne et hurla :
"Aywaille, tu m'Flemalle, sale Angleur !"
Jupille'tie d'elle, mais hélas, huit jours après,j'avais une Chaudfontaine.

10:52 Écrit par WinMan | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.